Financer ses études : quelles solutions ?

Financer ses études : quelles solutions ?

Banques en ligne

Rédigé par Olivier BALBASTRE

Banques en ligne

Modifié par Stéphanie LORMEAU

le 08 Octobre 2021

Les solutions pour financer ses études

La rentrée étudiante génère des frais (inscription, matériel, hébergement, restauration, transport). Ainsi, le syndicat étudiant de la Fage chiffre ce coût global pour les non boursiers à 2392,47 euros en 2021.

Avec la pandémie, le gouvernement a décidé de geler les frais d’inscription, et de revaloriser les bourses sur critères sociaux de 1 %. Mais le reste à charge est toujours important. Quelles sont les solutions pour financer ses études 2021/2022 ? Découvrez les opportunités à saisir pour poursuivre sa licence ou son master sans se soucier des fins de mois difficiles.

Job étudiant, alternance : la voie de l’autonomie

Le financement des études supérieures peut passer par l’exercice d’un job étudiant. Outre la rémunération, cette option permet de se faire une première expérience professionnelle, à valoriser ensuite sur son CV. Évidemment, le job étudiant mobilise du temps par rapport aux études en dehors des cours. Il ne faut pas oublier de prioriser celles-ci dans l’organisation de l’emploi du temps.

Autre piste d’indépendance financière : l’alternance. Cette opportunité permet de combiner des études et un stage en entreprise (BTS, DUT, licence pro, master pro, écoles). L’étudiant perçoit des rentrées d’argent, tout en tissant un lien avec l’entreprise qui l’accueille. De quoi miser sur un possible débouché professionnel dès la sortie des études supérieures.

Les aides publiques et les bourses pour étudiant

Les aides financières à destination des étudiants sont nombreuses. Encore faut-il les connaître. Avant de vous rendre dans son Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires), voici une liste d’aides publiques et de bourses pour financer ses études.


Les bourses sur critères sociaux (BCS) :

  • Conditions :
    • tous les étudiants de moins de 28 ans peuvent y prétendre, mais leur éligibilité dépend d’une combinaison de nombreux critères (revenus des parents ou responsables légaux, distance kilométrique entre le lieu des études et le foyer familial, diplôme, etc.).
  • Montant (variable) :
    • exonération des frais d’inscription ;
    • exonération de la contribution vie étudiante et de campus (98 euros en 2021/2022) ;
    • versement d’une aide comprise entre 1042 euros pour l’échelon 0 bis et 5736 euros pour l’échelon 7 ;
    • compléments spécifiques par exemple pour les frais de transport ;
    • accès prioritaire au logement étudiant CROUS.

L’aide au mérite :

  • Conditions :
    • percevoir une BCS ou une allocation spécifique annuelle ;
    • avoir eu la mention « très bien » au Bac ;
    • intégrer un établissement supérieur ;
    • ne pas l’avoir déjà reçue 3 fois.
  • Montant :
    • 900 euros par an ;
    • versement en 9 mensualités de 100 euros ;
    • cumulable avec une aide spécifique ponctuelle ou une aide à la mobilité internationale.

L’allocation Erasmus +

  • Conditions (fixées par les établissements) :
    • partir étudier dans un des 34 pays concernés par le programme ;
    • avoir validé au moins une année d’études supérieures (BTS et DUT exclus) ;
    • s’inscrire dans un établissement participant au programme ;
    • faire sa demande 6 à 12 mois à l’avance.
  • Montant (variable) :
    • dépend de la durée du séjour, de la destination, du coût de la vie sur place ;
    • entre 150 et 300 euros par mois sur 12 mois ;
    • entre 300 et 500 euros par mois pour un stage à l’étranger ;
    • cumulable avec la BCS.

L’aide à la mobilité internationale :

  • Conditions :
    • bénéficier d’une BCS ou d’une aide spécifique annuelle ;
    • préparer un diplôme national relevant de la compétence du ministère de l’enseignement supérieur ;
    • aide délivrée sur 2 à 9 mois maximum sur l’ensemble des années d’études supérieures.
  • Montant :
    • 400 euros par mois ;
    • cumulable avec l’aide au mérite et la BCS.

L’aide à la mobilité Parcoursup :

  • Conditions :
    • avoir été bénéficiaire d’une bourse de lycée l’année scolaire précédente ;
    • être inscrit sur Parcoursup cette année et avoir confirmé au moins un vœu en dehors de son académie de résidence ;
    • avoir accepté définitivement une proposition d’admission (OUI ou OUI-SI) pour un vœu confirmé hors de votre académie de résidence.
  • Montant :
    • 500 euros ;
    • versement unique au début de l’année étudiante ;
    • cumulable avec la BCS, l’allocation annuelle, l’aide ponctuelle, l’aide à la mobilité internationale et l’aide au mérite.

L’aide à la mobilité master :

  • Conditions :
    • étudiants boursiers titulaires d’une licence ;
    • inscription en M1 dans un établissement supérieure localisé dans une autre région.
  • Montant :
    • 1000 euros.

L’allocation spécifique annuelle pour étudiant en difficulté :

  • Conditions :
    • reprise des études supérieures à plus de 28 ans sans bénéficier d’une autre aide financière (RSA, chômage, etc.) et en présentant des revenus inférieurs au plafond prévu par le barème d’attribution des bourses sur critères sociaux ;
    • ou élevé par un membre de sa famille sans décision judiciaire ;
    • ou en situation de rupture familiale (après évaluation sociale de la situation d’isolement et de précarité) ;
    • ou fiscalement indépendant et sans soutien matériel des parents (justification de salaires sur 12 mois de 3641,92 euros minimums).
  • Montant :
    • équivalent à la bourse sur critères sociaux.

Les allocations pour la diversité dans la fonction publique (Bourse des Talents) :

  • Conditions :
    • préparer un ou plusieurs concours d’entrée dans la fonction publique (Ipag, Cpag), ou salarié en reconversion professionnelle, ou en recherche d’emploi ;
    • ressortissant de l’Union européenne ;
    • prise en compte des résultats antécédents (au mérite) ;
    • prise en compte des ressources (pour 2021/2022 : le plafond de ressources pour un candidat ayant 0 point de charge est de 33 100 euros, et le plafond de ressources pour un candidat ayant 10 points de charge est de 69 860 euros).
  • Montant :
    • 2000 euros par an ;
    • deux versements de 1000 euros (automne, printemps) ;
    • renouvelable exceptionnellement une fois.

Vous ne rentrez pas dans les critères d’attribution de cette catégorie d’aides financières ? Voyons ensemble ce que proposent les aides privées.

Les aides privées

Parmi les aides privées pour financer ses études supérieures, on peut citer :

  • les fondations des grandes écoles type HEC ou Polytechnique qui allouent des aides financières à leurs élèves boursiers. Ces aides proviennent également d’associations d’anciens élèves. Leur objectif est de promouvoir la diversité des origines des étudiants. Ces aides privées permettent de financer tout ou partie de l’année d’étude ou de l’inscription au concours d’entrée ;
  • la Fondation de France qui regroupe environ 120 fondations. Le programme d’aides privées délivre chaque année 2200 bourses pour une valeur de 3500 euros en moyenne ;
  • le sponsoring, opérations soutenues par les entreprises en partenariat avec les grandes écoles d’ingénieurs notamment. Les aides permettent de financer les droits d’entrée d’un étudiant. Le montant peut atteindre 1400 euros par an. En contrepartie, l’élève s’engage à travailler en sortie de ses études dans l’entreprise marraine ;
  • le financement participatif est une solution qui consiste à demander à des financeurs extérieurs de contribuer à une cagnotte. Attention, toutefois à cette option, car les plateformes dédiées ont fermé (Edukiys, Student Backr, Strudylink), sans doute une preuve d’un modèle économique non viable. Toutefois, des possibilités existent encore sur des plateformes de crowdlending généralistes comme Leetchi ou KissKissBankBank.

Les aides privées pour les étudiants demeurent assez confidentielles. L’état a donc choisi d’élaborer un prêt étudiant qu’il garantit.

Le prêt étudiant garanti par l’État

Voici les caractéristiques principales à connaître pour le prêt étudiant garanti par l’État :

  • pas de caution personnelle ni conditions de ressources ;
  • pas de garantie parentale ni d’un tiers ;
  • montant maximum de 20 000 euros ;
  • durée minimale de 2 ans ;
  • remboursement en différé possible.

Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

  • être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur français ;
  • être âgé de moins de 28 ans au moment de la signature du contrat de prêt étudiant ;
  • être français (ou avoir la nationalité d’un état membre de l’Union européenne en justifiant résider en France depuis au moins 5 ans sans discontinuité).

Voici les banques qui distribuent le prêt étudiant garanti par l’État :

  • la Société Générale ;
  • le Crédit Mutuel ;
  • le CIC ;
  • les Banques Populaires ;
  • les Caisses d’Épargne.

La spécificité est que l’état se porte garant de l’emprunteur à hauteur de 70 % du montant total (hors intérêts). Le reste est pris en charge par la banque. Des banques justement qui formulent, elles aussi, des prêts spécifiques destinés aux étudiants.

Le prêt bancaire pour les étudiants

Si demander à une banque de l’argent pour financer ses études supérieures n’est pas la démarche la plus répandue, c’est pourtant une réelle solution.

Les caractéristiques

Il s’agit bien souvent d’un crédit à la consommation classique non affecté. Autrement dit, l’étudiant n’a pas besoin de justifier ses dépenses. En revanche, il doit justifier son statut d’étudiant pour bénéficier des périodes de franchise. Il s’engage bien sûr à rembourser son prêt personnel dans les conditions établies dans le contrat.

Les prêts étudiants des banques

Parmi les offres du marché (offres évolutives dans le temps), on peut citer :

  • Société Générale : de 1000 à 20 000 euros, à un TAEG de 0,89 %, sur 1 à 10 ans ;
  • Caisse d’Épargne : jusqu’à 45 000 euros, à un TAEG de 0,90 %, sur 1 à 10 ans ;
  • Crédit Mutuel : jusqu’à 90 000 euros, à un TAEG de 0,90 %, sur 1 à 10 ans ;
  • CIC : jusqu’à 80 000 euros, à un TAEG de 0,90 %, sur 1 à 10 ans ;
  • Crédit Agricole : de 750 à 50 000 euros, à un TAEG de 0,90 %, sur 1 à 10 ans ;
  • LCL : de 1500 à 75 000 euros, à un TAEG de 0,99 %, sur 1 à 10 ans ;
  • La Banque populaire : de 1500 à 60 000 euros, à un TAEG variable selon la demande, sur 6 mois à 10 ans.

Le fonctionnement : versement et remboursement

Le versement du capital peut être débloqué en une seule fois ou progressivement dans le temps. Le remboursement peut également être différé dans le temps, après un an par exemple ou à la fin des études supérieures. C’est ce qu’on appelle la période de franchise partielle (l’étudiant ne rembourse au début que les intérêts) ou totale (l’étudiant ne rembourse qu’à partir d’une certaine date).

Le prêt étudiant à taux zéro

Le prêt étudiant à taux 0 signifie que l’étudiant ne rembourse que le capital. Attention, aux frais de dossier, ainsi qu’aux frais d’assurance emprunteur. La somme empruntable est toutefois limitée à 1000 ou 1500 euros. Ce prêt ne finance pas les droits d’inscription, mais plutôt l’achat de matériels comme un ordinateur.

C’est donc tout un arsenal de solutions qui existent pour financer ses études en 2021, à condition de prendre le temps de les découvrir. N’hésitez pas à questionner le CROUS, votre banque (ou celle de vos parents) voire des conseillers au niveau local (votre mairie par exemple) pour ne pas laisser passer une opportunité, et vous libérer l’esprit pour la poursuite de vos études. Et si vous avez des retours d’expérience ou des bons plans, nous sommes à l’écoute !

Infographie des solutions pour financer ses études

0 commentaire sur "Financer ses études : quelles solutions ?"


Laisser un commentaire

Pseudo :
Commentaire :

Cet article vous a-t-il été utile ?
Logo Fortuneo
Fortuneo
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Logo Monabanq
Monabanq
Offre promotionnelle
jusqu'à
120 € offerts

Logo Hello bank!
Hello bank!

Logo Orange Bank
Orange Bank
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Pour poursuivre votre navigation :
Newsletter Pricebank !
Chaque mardi, recevez notre newsletter sur la finance personnelle