Comparez les meilleurs brokers et courtiers de bourse en ligne
(Mars 2024)

Que vous soyez débutant ou expert, le choix de votre plateforme de trading est essentiel. Un outil gratuit de comparaison des frais de courtage de bourse e

Que vous soyez un investisseur débutant, un investisseur expert ou même un adepte du trading, le choix de votre plateforme de courtage est une décision importante. Une plateforme de trading, outre sa politique de frais de courtage, peut vous aider à construire votre portefeuille de titres tout au long de votre vie et vous apporter des outils d'analyse en temps réel vous permettant d'optimiser vos opérations. Bien choisir votre plateforme de « bourse en ligne », c'est déjà investir gagnant !

 Calculateur de frais de courtage des plateformes de bourse en ligne :

Economisez sur vos frais de bourse en choisissant le bon courtier en ligne !

  • Outil en temps réel
  • Simple et gratuit
  • Simulation adaptée à vos besoins
  • Aucune collecte de données
  • Pas de rappel téléphonique
résultat immédiat
Nombre d'ordre(s) de bourse(1) mensuel ?
1
ordre(s) mensuel
= 12 ordres/an
Montant par ordre ?(1)
1000
Je calcule mes frais de bourse

Lexique bancaire & définitions

  • (1) Ordre de bourse : Ordre passé via un intermédiaire pour acheter ou vendre des titres cotés en bourse.

Qu'est-ce qu'une plateforme de bourse en ligne ?

Les plateformes en valeurs mobilières sont des établissements financiers autorisées à acheter et à vendre des actions et autres valeurs mobilières sur les marchés boursiers pour le compte de leurs clients. Les investisseurs disposent de trois grandes catégories de plateformes de trading à leur disposition : les courtiers en ligne (par exemple Bourse Direct, Degiro ou encore eToro), les banques en ligne (Par exemple Boursorama ou Fortuneo) et enfin les services bourse des banques de réseaux traditionnels (Par exemple Société Générale ou BNP Paribas).


Guide comparatif des offres de bourse en ligne :

bourse en ligne

Les offres de bourse en ligne

Les intermédiaires financiers se déclinent en quatre groupes : les banques traditionnelles, les banques en ligne (Boursorama, Hello Bank!, Fortuneo, BforBank), les courtiers en ligne (Binck, Saxo Banque, De Giro, Bourse Direct) et enfin les plateformes de trading spécialisées (eToro, trading via ETF et CFD). Pour comparer les offres, il est toujours judicieux d’observer les tarifs. Pour un ordre en bourse de 1 000 €, comptez en moyenne des frais à hauteur de 0,37 % pour les courtiers en ligne contre 0,81 % pour les banques traditionnelles. Et, plus la valeur de l’ordre augmente, plus ce différentiel s’accroît. Ensuite, il est impératif de regarder la tarification globale car les banques traditionnelles y rajoutent d’onéreux droits de garde fixes et proportionnelles qui amputent la performance de votre portefeuille titres.

Les banques en ligne avec une offre de "bourse en ligne" que nous vous recommandons :

Banque Droits de gardeOrdre de bourse à partir dePlus d'informations
Logo Fortuneo
0 €
sur Euronext Paris
0 €
pour un ordre inférieur à 500€, 3,90€ par ordre entre 500 et 2000€ et 0,20% par ordre supérieur à 2000€
Voir l'offre
Logo BoursoBank (ex-Boursorama Banque)
0 €
sur Euronext Paris
1,99 €
Voir l'offre

Les courtiers en ligne que nous vous recommandons

Banque Droits de gardeOrdre de bourse à partir dePlus d'informations
Logo Bourse Direct
0 €
0,99 €
pour des ordres inférieurs à 500€
Voir l’offre
Logo Trade Republic
0 €
1 €
Voir l’offre
Logo EasyBourse
0 €
Gratuits
2 €
par ordre jusqu'à 800€ - 3,8€ entre 800€ et 1500€, puis 0,45% au-delà
Voir l’offre

Les plateformes de trading spécialisées

CFD sur les devises, des indices et des matières premières. ETF sur les actions :

Banque Bourse ExpertPOINTS FORTSPlus d'informations
Logo eTORO
ETF sur actions et CFD sur devises. matières premières et indices boursiers. Dépôt minimum de 300 Euros
En savoir plus

En comparant les offres de bourse en ligne des pure players et des banques de réseaux, là encore, l’avantage est sans conteste attribué aux banques en ligne dont certaines sont des courtiers en ligne historiques. Par exemple, au 28 Avril 2023, un ordre de bourse Euronext de 1 500 € / mois coûte 46,80 € chez Fortuneo, 60 € chez BforBank, 34,80 € chez Bourse Direct. Du côté des banques de réseaux, les prix approchent ou dépassent le seuil des 100€ :  71,88€ chez BNP Paribas, 90 € pour la Société Générale et Crédit Agricole Ile-de-France, 96€ au CM Arkea et même 144€ chez le Crédit Mutuel Ile de France. Ces dernières sont également bien gourmandes sur les droits de garde : des frais que nous jugeons d’un autre temps !

Les boursicoteurs ne doivent cependant pas se focaliser uniquement sur les tarifs (attention aux attrayantes offres promotionnelles) et des actions en bourse mais tenir compte des services apportés par l’intermédiaire financier : ergonomie de l’application mobile, transparence des informations, outils d’aide à la décision, notification d’informations, dispositif d’alerte, disponibilité d’un conseiller spécialisé, astuces et conseils professionnels, etc.

Un mot sur les leaders du marché du courtage en ligne :

  • Boursorama : site de bourse leader du marché, aucun droit de garde mais des frais d’abonnement fixés à 5,95 € / mois redevables si aucun ordre en bourse mensuel n’est passé sur les offres Classic ou Trader ;
  • Fortuneo : accès ouvert à la plateforme Live Trader et frais de courtage attractifs, frais sur les droits de garde gratuits ;
  • Saxo : intéressant pour les investisseurs actifs et ceux qui veulent s’ouvrir aux devises étrangères et aux nouveaux marchés boursiers ;
  • Bourse Direct : couronné par le "label d'excellence des dossiers de l'epargne" en 2020 (14ème année consécutive) pour sa bourse en ligne ainsi que dans les catégories « meilleur service client » et « meilleurs outils d’éducation » en France par l’étude Investment Trends en 2017, frais de courtage très compétitifs.

Bien choisir son courtier en ligne

Pour bien choisir votre courtier de bourse en ligne et trouver le meilleur courtier pour ouvrir un compte titres, il faut tout d’abord connaître vos besoins et vous poser les questions suivantes :

  • Quel est votre profil investisseur ?
  • Quel est votre capacité d’épargne (budget) consacrée à la bourse ?
  • Sur quels marchés boursiers souhaitez-vous intervenir : bourse de Paris, marché Euronext, bourses étrangères, Nasdaq… ?
  • Quels produits financiers voulez-vous acheter (actions, obligations, Opcvm, SICAV et FCP, warrants, produits dérivés…)?
  • De quels services et informations fournis par les plateformes de trading allez-vous avoir besoin (analyse technique et analyse graphique, cours de bourse, conseils boursiers, cours en temps réel…) ?
  • Souhaitez-vous une gestion libre ou une gestion pilotée de votre portefeuille ?
  • Souhaitez-vous trader avec un compte-titres ordinaire ou souscrire un PEA (Plan d’épargne en actions) ?
  • Le courtier vous permet-il de participer aux introductions en bourse ?
  • Voulez-vous accéder au SRD (service de règlement différé) pour investir ?

 

Se poser toutes ces questions va vous permettre de savoir quels critères sont importants pour vous. Ces critères cibleront plus facilement les plateformes et courtiers qui vont correspondre à votre profil et à vos attentes et cela va vous permettre ainsi d’établir une pré-sélection. Pour vous aider, nous vous conseillons de privilégier les courtiers français car, en cas de litiges sur une opération de bourse, les démarches seront facilitées et si votre réclamation ne trouve pas d’issue facilement, vous aurez la possibilité de saisir le médiateur de l’AMF (Autorités des marchés financiers). Choisir un courtier français pourra aussi vous être utile pour certains aspects fiscaux : obtenir un IFU (imprimé fiscal unique) pour votre déclaration d’impôt sur le revenu par exemple ou encore, pouvoir souscrire un PEA (enveloppe fiscale française complexe à mettre en placeur les courtiers étrangers).

Une fois votre pré-sélection établie, vient le moment de comparer les courtiers du point de vue des tarifs. En effet, si vous voulez rentabiliser vos investissements et gagner de l’argent, un moyen efficace est de limiter les frais pour augmenter vos rendements.

Comment faire ? Il suffit de comparer les frais de courtage appliqués par les courtiers en fonction du nombre d’ordres passés et de leur montant. Il faut d’ailleurs noter que plus on boursicote avec des montants élevés, plus les tarifs ont tendance à baisser. Les courtiers appliquent en effet des tarifs dégressifs pour les boursicoteurs les plus aguerris et proposent des packages. Mais attention, il faut bien remplir les conditions de ces offres pour qu’elles soient économiques (minimum ou maximum d’ordres passés par mois ou trimestre, maximum ou minimum d’encours…) et comme chaque courtier propose des offres différentes, c’est ce qui rend la comparaison difficile à réaliser ! Notre outil tient compte des différentes offres des courtiers de bourse en ligne et vous permet de comparer les frais de courtage des différents courtiers en fonction du nombre d’ordres passés chaque mois et de leur montant moyen.

Comparatif bourse en ligne : Frais de courtage de 5 courtiers en ligne calculés grâce à notre simulateur le 28/04/2023
  Boursorama Banque Fortuneo Bourse BforBank Hello Bank Bourse Direct Moyenne* des courtiers en ligne
Frais minimum sur les actions Euronext 1,99 € 1,95 € 2,50 € 1,75 € 0,99€ 1,84 €
1 Ordre Euronext de 500€ par mois 23,88€
de coût annuel
23,40€
de coût annuel
30€
de coût annuel
21€
de coût annuel
11,80€
de coût annuel
22,03€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 1500€ par mois 107,40€
de coût annuel
46,80€
de coût annuel
60€
de coût annuel
96€
de coût annuel
34,80€
de coût annuel
69€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 5000€ par mois 199,80€
de coût annuel
120€
de coût annuel
120€
de coût annuel
156€
de coût annuel
54€
de coût annuel
129,96€
de coût annuel
Droits de garde pour 3 lignes d’actions françaises de 5000€ 0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel

* Moyenne non pondérée par aucun critère des 5 courtiers en ligne : Boursorama Banque, Fortuneo Bourse, BforBank, Hello Bank et Bourse Direct

Frais de courtage de 5 banques traditionnelles calculés grâce à notre simulateur le 28/04/2023
  Société Générale Crédit Mutuel Arkéa Crédit Agricole (IdF) BNP Paribas Crédit Mutuel (IdF) Moyenne* des courtiers traditionnels
Frais minimum sur les actions Euronext 6 € 8€ 0,99€

5,99€

(Bourse Start)

0,50% sans mini nc
1 Ordre Euronext de 500€ par mois 72€
de coût annuel
96€
de coût annuel
30€
de coût annuel
71,88€
de coût annuel
48€
de coût annuel
63,58€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 1500€ par mois 90€
de coût annuel
96€
de coût annuel
90€
de coût annuel
71,88€
de coût annuel
144€
de coût annuel
98,38€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 5000€ par mois 270€
de coût annuel
300€
de coût annuel
150€
de coût annuel
215,88€
de coût annuel
480€
de coût annuel
283,18€
de coût annuel
Droits de garde pour 3 lignes d’actions françaises de 5000€ 58,50€
de coût annuel
90€
de coût annuel
75€
de coût annuel
75€
de coût annuel
35,70€
de coût annuel
67,20€
de coût annuel

* Moyenne non pondérée par aucun critère des 5 courtiers traditionnels : Société Générale, Crédit Mutuel Arkéa, Crédit Agricole (caisse Ile-de-France), BNP Paribas et Crédit Mutuel (caisse Ile-de-France) - tarifs pour des ordres réalisés en ligne.

Il est important de savoir et de noter que les courtiers en ligne (Bourse direct, EasyBourse , Fortuneo, Boursorama Banque…) sont plus performants que les acteurs traditionnels, à savoir les grandes banques de réseau, pour boursicoter. Alors que les courtiers en ligne sont souvent des filiales de ces grandes banques (Fortuneo : Crédit Mutuel Arkea, Boursorama banque : Société Générale, BforBank : Crédit Agricole, Hello Bank : BNP Paribas, Monabanq : Crédit Mutuel…) Alors pourquoi les courtiers en ligne sont-ils plus performants ? Tout d’abord, comme le montre le tableau ci-dessus, les banques à guichet facturent des droits de garde annuels pour les titres détenus en portefeuille, qui peuvent rapidement faire grimper la note, alors que les frais de garde sont gratuits chez les courtiers en ligne. Quant aux frais de courtage, ils sont plus élevés chez les banques traditionnelles que dans une banque en ligne.

L’ouverture en ligne d’un compte bourse chez un courtier en ligne se fait très rapidement et simplement. C’est à la portée de tous. Il suffit de saisir les informations demandées, de bien préparer au préalable les documents justificatifs à fournir et en quelques clics, le tour est joué. Attention toutefois aux offres promotionnelles des courtiers en ligne, elles peuvent être alléchantes, mais n’oubliez pas, elles sont limitées dans le temps ! Analysez bien vos critères et les frais de courtage avant de faire votre choix et trouvez le meilleur courtier en ligne pour jouer en bourse.

Pour aller plus loin : Focus sur la fiscalité des revenus liés à la bourse

Vous le savez, l’investissement en bourse est imposé mais il faut comprendre que les revenus de l’épargne peuvent être soumis à différents prélèvements et impôts.

Pour commencer et destinés au financement de la protection sociale, les prélèvements sociaux concernent toutes les catégories de placements boursiers.

Depuis le 1er janvier 2018, leur taux annuel est établi à 17,20 % (auparavant de 15,5 % en 2017). Pour rappel, seuls les livrets réglementés comme le livret A, LDDS et LEP y échappent.

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU)

Par défaut et depuis 2018, vos revenus financiers sont soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30% appelé également Flat-tax. Pour un Compte-titres ordinaire (CTO), les gains de toute nature (plus-values, dividendes et assimilés) sont alors assujettis au PFU de 30% composé de 12,8% au titre de l’impôt auquel s’additionnent les 17,2% de prélèvements sociaux.

Sur option, l’épargnant peut opter pour l’imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR). La taxation dépendra alors de sa tranche marginale d’imposition (TMI) calculée par le fisc. Pour rappel, l'IRPP est calculée de façon progressive. Comprenez que l'ensemble de vos revenus ne passent pas d'une TMI de 11% à une TMI de 30% mais que seuls les revenus dépassant une TMI sont imposés à la TMI supérieure.

PFU ou IRPP ?

Choisir entre le PFU ou le barème progressif de l’IR doit se faire en tenant compte de tous vos revenus mobiliers de l’année ! Il n’est donc pas possible de choisir le PFU pour votre épargne monétaire par exemple et l’IRPP pour votre Compte-titres ! Enfin, le contribuable peut renoncer au PFU au moment de sa déclaration de revenus en cochant la case 2OP.

Un contribuable avec une tranche marginale d’imposition (TMI) de 0% ou bien 11% a, d’une manière générale, plus intérêt à opter pour le barème de l'imposition sur le revenu car ce taux est plus favorable que les 12,8% du PFU.

En ce qui concerne les dividendes, le contribuable peut donc privilégier l’imposition progressive au barème de l’impôt afin de profiter de l’abattement sur les dividendes de 40 % et peut en déduire une partie de la CSG (6,8 %) y compris parfois les droits de garde.

En ce qui concerne les plus-values, seuls les titres acquis avant le 1er janvier 2018 permettent un abattement pour durée de détention. Cet abattement est de 50 % pour les titres possédés entre 2 et 8 ans (65 % au-delà de 8 ans). La participation en investissements au capital d’une PME qui serait supérieure à 8 ans donne droit également à un abattement fiscal pouvant aller jusqu’à 85 %.

Focus sur la fiscalité du PEA

En sortant du PEA au bout de 5 ans, les gains (les revenus et plus-values) sont exonérés d’impôts, seuls les prélèvements sociaux de 17,2% sont dus. Les retraits partiels après 5 ans sont désormais autorisés sans que cela ne clôture le PEA. Les versements ultérieurs y seront même admis en respectant toutefois le plafond de versement de 150 000€ du PEA.

En revanche, avant le 5ème anniversaire du PEA, les gains réalisés depuis l'ouverture du plan seront imposés au taux du PFU de 30 %. L’option pour une imposition au barème progressif reste possible. Tout retrait avant 5 ans entraine la clôture du PEA. Certaines situations peuvent empêcher la clôture comme la création ou la reprise d’entreprise, un licenciement, une invalidité de 2e ou 3e catégorie ou la mise à la retraite.

En cas de décès du titulaire du PEA et quelle que soit la durée de détention de ce placement, le gain net observé sur le PEA est exonéré d’impôt sur le revenu mais reste soumis aux prélèvements sociaux de 17,2%.

Notez enfin que les moins-values d’un PEA sont imputables sur les éventuelles plus-values effectuées sur d’autres compte-titres pendant 10 ans.

Pour poursuivre votre navigation :
Bourse en ligne
Bourse en ligne
Services en ligne Pricebank