Débuter en bourse : ce qu'il faut savoir

Débuter en bourse : ce qu'il faut savoir

Banques en ligne

Rédigé par Olivier BALBASTRE

Banques en ligne

Modifié par Stéphanie LORMEAU

le 30 Juin 2020

Les marchés boursiers pâtissent dans l’opinion d’une réputation écornée par l’actualité et abîmée par une méconnaissance. Par exemple, peu de monde sait que la bourse joue un rôle moteur dans le financement des entreprises donc dans l’activité économique. Evidemment, placer son argent comporte un risque de perte en capital d’où l’intérêt de bien comprendre les rouages de ce système avant de se lancer. Comment fonctionne la bourse ? Comment gagner de l'argent en bourse ? Quels sont les frais de courtage de bourse ? Autant de questions auxquelles ce guide du débutant en bourse entend répondre !

Tout savoir pour bien débuter en bourse

Comment bien débuter en bourse ?

Pour diversifier ses placements d’épargne, les marchés boursiers offrent une solution plus risquée que les livrets réglementés ou que l’assurance vie en fonds euros mais aussi plus lucrative du fait justement de risques, à condition de respecter certaines recommandations. Alors, si vous débutez en bourse, voici une base de départ à votre envol !

Comment fonctionne la bourse ?

Les marchés boursiers fonctionnent selon la loi de l’offre et de la demande. Si l’offre est plus forte que la demande, les prix baissent. Inversement, si l’offre est moins forte que la demande, les prix augmentent. D’où les négociations qui permettent d’acheter et de vendre des instruments financiers (actions, obligations, devises, etc.). Et plus les échanges sont faciles, plus on dit que le marché est liquide.

Le rôle de la bourse consiste à financer les entreprises. Celles-ci ont besoin de liquidités pour se développer. Elles consentent à vendre des fractions de leur capital sous forme d’actions en échange d’argent. Les détenteurs deviennent des actionnaires ce qui leur permet de percevoir un dividende, même si le versement est suspendu à la décision de l’entreprise. L’attrait du dividende est d’ailleurs un argument pour attirer les investisseurs.

En investissant dans une entreprise, l’actionnaire récupère donc une prime de risque, tout en contribuant au soutien de l’économie et à l’accroissement de la richesse. L’entreprise qui collecte les fonds peut ainsi développer son activité en enrichissant son offre, en s’ouvrant à d’autres marchés et en embauchant des collaborateurs.

La Bourse connecte des vendeurs et des acheteurs qui peuvent être des particuliers ou des investisseurs institutionnels tels que les sociétés de gestion d’actifs, les compagnies d’assurance, les banques, les fonds spéculatifs ou bien les fonds de pension. Ces acteurs institutionnels ont beaucoup plus d’influence de par leur taille et de par les volumes de fonds qu’ils pilotent.

Gagner de l’argent en bourse

En fonction de l’offre et de la demande, le cours de la bourse fluctue en permanence : c’est la volatilité. Pour faire fructifier leurs gains, les personnes qui font du trading misent sur les variations de court terme (quelques heures, jours ou semaines). En revanche, les investisseurs qui ont la même intention de faire des plus-values, adoptent une stratégie différente avec un horizon de trois ou cinq ans. Attention donc à ne pas les confondre car les comportements ne sont pas les mêmes !

Les gains en bourse peuvent se faire de deux manières :

  • Si l’investisseur fait une plus-value sur ses achats, on parle de gains en capital.
  • Si l’investisseur touche un dividende, on parle de gains en revenus.

Evidemment, il est tout à fait possible de cumuler les deux ce qui permet d’optimiser sa rémunération.

L’investisseur peut également opter pour la vente à découvert (appelée "to short" en anglais). C’est une forme de pari sur le prix futur d’une action dont on estime qu’il va baisser. Cette action est plutôt réservée aux traders expérimentés, tout comme le fait de spéculer sur des produits dérivés (options, futures, CFD, etc.). Il s’agit ici de parier sur la baisse ou sur la hausse d’un titre avec un effet de levier sur un court laps de temps.

Débuter en bourse nécessite de prendre le temps de bâtir une stratégie en fonction de son profil (aversion au risque) et d’horizon de placement (faire fructifier son épargne, se préparer un complément pour sa retraite, accentuer son patrimoine financier, etc.). Il existe d’ailleurs une grille de profils qui tient compte justement de ces éléments : on parle alors de profil prudent, équilibré, dynamique.

La diversification comme base pour débuter en bourse

Reste que la bourse est un jeu à somme nulle. Autrement : si quelqu’un gagne de l’argent, un autre en perd. On ne peut décemment pas prétendre être toujours du côté des gagnants, une logique à intégrer dès le départ. En réalité, le but est de faire le solde des gains et des pertes, les premiers compensant les secondes.

Afin d’évaluer les risques, il faut maitriser les critères techniques (analyse graphique, analyse statistique) et les critères fondamentaux (les données macro-économiques comme la croissance, le chômage, les conflits géopolitiques, la politique des banques centrales, etc.). Mais la tactique conseillée pour un débutant en bourse consiste à diversifier ses actifs. Un mantra qui vaut aussi pour les experts.

L’idée est de pouvoir rebondir si une classe d’actifs dégringole suite à une crise, un scandale, une chute des résultats, un changement réglementaire, etc. Cette perte de capital est alors compensée ou atténuée par d’autres placements. On comprend alors mieux l’engouement des investisseurs pour les ETF (Extrade-Trading Found), des indices automatiquement diversifiés sous la forme d’un panier d’investissements (actions ou obligations issues de plusieurs centaines d’entreprises ou des obligations de plusieurs Etats).

La diversification peut se faire entre les catégories d’actifs (actions, CFD, ETF, etc.), les types d’entreprises (internationales, nationales, etc.), entre les secteurs d’activités (finance, technologie, transport, etc.) ou encore entre les géographies (CAC40 français, Dow Jones américain, DAX allemand, etc.). En effet, il existe de nombreux marchés comme le Forex pour les devises, les marchés de produits dérivés, les marchés des capitaux, les marchés des matières premières, les marchés monétaires, les marchés des cryptomonnaies.

Quels sont les frais de courtage ?

Les frais de courtage constituent le coût de la prestation du courtier (ou "Broker" en anglais) à chaque fois qu’un ordre est passé. Cette commission (coût fixe ou pourcentage du montant de l’ordre) contribue au modèle économique des brokers. Leur importance influence la rentabilité des investissements. C’est donc un critère prépondérant pour faire jouer la concurrence avec des tarifs qui varient d’un acteur à un autre.

Attention tout de même au manque de transparence de ces frais de courtage qui dépendent de plusieurs facteurs comme le type de compte détenu ainsi que le montant et le volume des ordres passés. Quelqu’un qui débute en bourse peut être déstabilisé devant cette multiplication des tarifs, d’autant que les frais de courtage ne sont pas les seuls frais !

Frais/Taxe Coût Plafond réglementaire Contexte d'application
Frais de courtage Coût fixe ou pourcentage du montant de l’ordre
  • 0,50% en ligne
  • 1,20% par téléphone ou en agence
A chaque ordre passé
Droits de garde
  • Coût fixe chez les banques traditionnelles
  • Gratuit chez les courtiers en ligne
jusqu'à 0,40% Tous les ans, pour les titulaires de PEA ou de compte-titres
Commission de règlement différé (CRD) Coût en pourcentage en fonction du délai de remboursement - Pour les transactions en règlement différé (SRD)
Taxe Tobin Coût en pourcentage du montant de l’ordre 0,30% Pour l'achat de titres de grandes entreprises françaises

On peut évoquer les droits de garde qui correspondent aux frais ponctionnés chaque année par les brokers pour leur prestation de conservation des titres. Ils sont appliqués aux titulaires de Plan d’épargne en actions (PEA) ou de compte-titres ordinaire. Ces frais de tenue de compte sont généralement gratuits chez les courtiers en ligne, contrairement aux banques traditionnelles.

Autre coût à intégrer : la commission de règlement différé (CRD) qui est réclamée quand l’investisseur effectue une transaction en exploitant le service de règlement différé. Cela signifie que le broker avance les fonds ou emprunte des titres. Il réclame alors des frais sauf si la transaction est entérinée sur la journée.

Toutefois, depuis juillet 2020, l’état plafonne ces frais (loi Pacte). Les droits de garde sont limités à 0,40%, pourcentage auquel s’ajoute la somme de cinq euros maximum par ligne (ou 25 euros pour les titres non cotés en bourse). De même, les frais de transaction sont plafonnés à 0,50% du montant de l’ordre en ligne (1,20% par téléphone ou en agence). Les frais d’adhésion ou frais de dossier ne peuvent dépasser 10 euros. Enfin, le transfert d’un PEA ne peut couter au-delà de 150 euros.

Rappelons aussi l’existence de la taxe Tobin qui s’élève à hauteur de 0,30% du prix d’achat des titres de grandes entreprises françaises. Cette taxe sur les transactions financières est récoltée par le broker qui joue l’intermédiaire pour les services du Trésor public. D’autres frais supplémentaires existent notamment si l’investisseur débutant en bourse actionne des options spécifiques. Ainsi, la gestion sous mandat entraine une commission de gestion ou un forfait mensuel.

Gare aux frais masqués des fonds d’investissement (FCP, Sicav) qui sont déduits de la valeur liquidative, ce qui impute d’autant la performance du placement. Ils sont donc invisibles mais pas indolores. Enfin, certains acteurs ne manquent pas d’imagination pour ponctionner des frais surprenants tels que la carte d’adhésion à l’assemblée générale des actionnaires, les frais de fermeture de compte, les frais de l’imprimé fiscal ou encore les frais de succession.

0 commentaire sur "Débuter en bourse : ce qu'il faut savoir"


Laisser un commentaire

Pseudo :
Commentaire :

Cet article vous a-t-il été utile ?
Logo Fortuneo
Fortuneo
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Logo Monabanq
Monabanq
Offre promotionnelle
jusqu'à
120 € offerts

Logo Hello bank!
Hello bank!
Offre promotionnelle80 € offerts
Logo Orange Bank
Orange Bank
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Pour poursuivre votre navigation :
Newsletter Pricebank !
Chaque mardi, recevez notre newsletter sur la finance personnelle