Comment calculer le taux annuel effectif global (TAEG) ?

Comment calculer le taux annuel effectif global (TAEG) ?

Banques en ligne

Rédigé par Guillaume ROUSSELOT

Publié le 01 Septembre 2023

Combien vous coûte un crédit à la consommation ou un prêt immobilier ? La paperasse et les différents taux d’intérêt affichés par les établissements de crédit embrouillent parfois nos esprits. Heureusement, le taux annuel effectif global (TAEG) permet d'y voir plus clair pour calculer le coût global de son crédit. Alors comment est calculé ce TAEG ? Sur quoi se base-t-il ? Quelles sont les astuces pour faire baisser le TAEG ? Pricebank vous explique tout. 

Comment calculer le TAEG ?

Qu’est-ce-que le TAEG ? Définition 

Le TAEG, ou Taux Annuel Effectif Global, correspond à l’ensemble des frais rendus obligatoires pour obtenir un crédit, à savoir :

  • le taux nominal fixe ou variable qui fixe ainsi les intérêts bancaires, 
  • le coût de l'assurance crédit ou assurance emprunteur obligatoire, 
  • les frais de dossier, 
  • les frais de garantie,
  • les autres frais qui vous sont imposés pour l'obtention du crédit (frais de tenue de compte, coût d’évaluation du bien immobilier financé…).
Bon à savoir : Avant le 1er octobre 2016, le terme employé était TEG pour taux effectif global. Ce TAEG ne peut pas excéder le taux de l’usure déterminé par la Banque de France. Le taux d'usure représente le taux de crédit maximal que doivent respecter toutes les banques françaises.

enlightenedLe taux annuel effectif global (TAEG) permet ainsi de  : 

  • connaître le coût global du crédit et la somme totale à rembourser à votre banque ou à votre organisme de crédit ;
  • comparer plus efficacement les différentes offres qui vous sont proposées dans leur globalité, et non plus seulement en vous basant sur leur taux d’intérêt de base ; 
  • se répérer plus facilement lors d’une simulation de crédit ou une simulation de prêt immobilier ;
  • d’uniformiser les pratiques des banques en les obligeant à mentionner le TAEG dans leur publicité, offre de crédit préalable et définitive.

Le droit en vigueur depuis le 1er octobre 2016 (article L. 314-1 du Code de la consommation) précise que les coûts qui ne correspondent pas à un service exigé du prêteur sont exclus et permettent d'allèger le TAEG. Ces frais doivent ainsi cocher les trois conditions suivantes :

" pour la détermination du taux effectif global du prêt [...] sont ajoutés aux intérêts les frais, les taxes, les commissions ou rémunérations de toute nature, directs ou indirects, supportés par l'emprunteur et connus du prêteur à la date d'émission de l'offre de crédit ou de l'avenant au contrat de crédit, ou dont le montant peut être déterminé à ces mêmes dates, et qui constituent une condition pour obtenir le crédit ou pour l'obtenir aux conditions annoncées."
Bon à savoir : L’absence ou le fait de mentionner un TAEG erroné est répréhensible. Selon le préjudice subi par l’emprunteur, les juges peuvent rendre l’offre de prêt caduque entrainant l’annulation totale ou partielle des intérêts prévus au financement. L’article 110-4 du code de commerce précise que l’emprunteur dispose de 5 ans à compter de la date de signature de l’offre de prêt pour contester l’erreur de calcul du TAEG de la banque.

Quels sont les types de financement concernés ? 

La législation sur le taux annuel effectif global concerne :

  • Tous les crédits et prêts accordés aux particuliers, qu'il s'agisse d'un crédit à la consommation ou d'un crédit immobilier. L’établissement bancaire doit être en mesure de vous communiquer un TAEG, en particulier dans ses fiches d’informations standardisées européennes (FISE pour un prêt immobilier) ou dans les informations précontractuelles européennes normalisées (crédit à la consommation).
  • Tous les crédits et prêts accordés aux professionnels (y compris l’escompte et l’affacturage), c'est-à-dire les personnes morales (SA, SARL,...) et les personnes physiques agissant pour des besoins professionnels (artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales,…). Les conditions sont précisées dans l’article L314-6 du code de la consommation.
Bon à savoir :  Le leasing automobile (LOA, Crédit Bail, LLD) et les autres formes de location ne sont pas soumis à ce taux car dans ces cas, la banque et l’emprunteur ne sont pas soumis à un prêt d’argent, mais à un contrat de location.

Quels sont les frais pris en compte dans le TAEG ? 

Outre le taux nominal (fixe ou variable) qui détermine les intérêts bancaires, trois autres catégories de frais rentrent dans le calcul du TAEG :

1- Les frais d’assurance emprunteur

En France, l’assurance décès & invalidité, autrement appelée « assurance emprunteur » est rendue obligatoire par les établissements de financement pour tout crédit immobilier mais pas pour les crédits à la consommation.

Depuis les réformes successives Lagarde, Hamon ainsi que de l’amendement Bourquin en 2017, vous pouvez souscrire aisément une assurance emprunteur externe directement auprès d’un assureur au lieu du contrat groupe de l’établissement de crédit.

yesGrâce à la loi Lemoine du 17/02/2022, tous les emprunteurs peuvent depuis le 1er septembre 2022 résilier leur contrat d'assurance de prêt sans délai au profit d’une délégation d’assurance emprunteur permettant à l’occasion :

  • de réaliser de substantielles économies sur le coût de leur crédit immobilier (30% en moyenne);
  • de disposer de bien meilleures garanties en étant un minimum vigilant sur les modalités de prise en charge en cas de sinistre ;
  • de supprimer le questionnaire médical si l’encours assuré tous prêts confondus n’excède pas 200 000 € et si la dernière mensualité de remboursement intervient avant les 60 ans de l’assuré. 
Bon à savoir : Une délégation d’assurance emprunteur doit offrir le même niveau de garantie ou de couverture que celui de l’établissement prêteur. Les nouveaux contrats doivent ainsi remplir les critères d’équivalence exigés par votre banque via la Fiche Standardisée d’Information (FSI). Sachez qu’il existe également des assurances facultatives comme notamment l’assurance perte d’emploi.

2- Les frais de dossier du crédit immobilier

Ils sont à régler à l’établissement prêteur une fois la signature de l’offre de crédit signée et acceptée. Largement négociés par les emprunteurs, ces frais de dossier représentent le coût de l’analyse du dossier de demande de crédit. Selon les types de prêts et les banques, ils peuvent être fixes ou proportionnels au montant du prêt. Le plus souvent, le tarif bancaire appliqué va jusqu’à 1 % du montant financé.

En cas de refus du crédit et du dossier de l’emprunteur, la banque peut prélever des frais administratifs de traitement mais ce cas est extrêmement rare et doit apparaître dans les conditions tarifaires de la banque. 

3- Les frais annexes et d’ouverture de compte bancaire

Ils comprennent les coûts que la banque ou votre organisme de crédit doit payer pour votre demande de prêt. Ces frais correspondant à d’éventuels timbres fiscaux, frais d’enregistrement n’excèdent pas la centaine d’euros.

Lorsque vous faites confiance à une nouvelle banque pour votre crédit, l’établissement bancaire doit tenir compte des éventuels coûts de frais de tenue de compte ou de package bancaire liés à l’ouverture du compte servant à la domiciliation des échéances de prêt.

Comment calculer le TAEG ? Exemple

Pour établir le TAEG, la banque ajoute au taux d'intérêt de base, tous les autres frais liés au crédit. Ce taux traduit le rapport entre la totalité des frais obligatoires et le montant emprunté.

Le calcul du TAEG dépend :

  • du capital emprunté,
  • de la durée du crédit,
  • du taux débiteur fixe annuel,
  • de l'assurance emprunteur, 
  • des frais de dossier et autres frais annexes.
Bon à savoir : Les banques font payer les frais de dossier en une seule fois au début du crédit. Afin que ces derniers puissent être intégrés au TAEG, ils sont divisés par la durée de l’emprunt. Quant aux frais de notaire liés à l'acquisition du bien ou bien les éventuels frais d’agence, ils ne sont jamais intégrés au TAEG !

Exemple : 200 000 euros empruntés sur une durée de 20 ans à un taux d'intérêt nominal de 3,6% va représenter 80 852,80 euros d’intérêts. Avec des frais de dossier et de garantie de 2 800 euros et une assurance emprunteur évaluée à 11 184 euros sur l’ensemble de la période, le TAEG se monte à 4,29% !

Exemple de calcul d'un TAEG sur un crédit immobilier de 200 000 euros sur 20 ans

Détail TAEG

Emprunt de 200 000€ sur 20 ans

Taux nominal
3,6 %
Mensualité hors assurances
1 170,22€/mois
(soit 80 852,8 euros d'intérêts sur 20 ans)
Coût mensuel de l’assurance
46,60€/mois
(soit 11 184 euros d'assurance sur 20 ans)
Mensualité avec assurances
1 216,82€/mois
Coût total du crédit
94 836,8 €
(intérêts, assurance, frais)
TAEG
4,29 %

Le lien étroit entre TAEG et taux d’usure

enlightenedPour que la banque puisse éditer votre offre de prêt, le TAEG de votre crédit ne doit pas être supérieur au taux d’usure en vigueur au moment de l’édition de la proposition de financement.

Le taux d’usure représente ainsi le TAEG maximum légal que les banques sont autorisées à pratiquer. Il est déterminé par la Banque de France en fonction des taux moyens pratiqués par les banques lors du précédent trimestre mais aussi selon la durée et type de prêt sollicité (prêt consommation, renouvelable ou prêt immobilier).

Bon à savoir : Du 1er février au 31 décembre 2023, le taux d'usure est calculé exceptionnellement tous les mois au lieu de tous les trimestres. Suite à la forte hausse des taux de ces derniers mois, la Banque de France a dérogé exceptionnellement à la règle trimestrielle du taux d’usure en instaurant une révision mensuelle de ces taux afin de ne pas bloquer le marché immobilier.

Taux d’usure en vigueur pour les crédits immobiliers au 1er septembre 2023 (comparatif mars 2023)

Crédit immobilier et prêt travaux supérieur à 75 000 euros
Taux d’usure
au 01 mars 2023
Taux d’usure
au 01 septembre 2023

Crédit à taux fixe d'une durée inférieure à 10 ans

3,67%

4,23%

Crédit à taux fixe entre 10 ans et moins de 20 ans

3,87%

5,28%

Crédit à taux fixe d'une durée de 20 ans et plus

4%

5,56%
À noter : Il est intéressant de constater la forte augmentation du taux d'usure en seulement 6 mois : 4% en mars 2023 contre 5,56% en septembre 2023 sur un crédit immobilier de 20 ans et plus, soit +1,56 point !

Pour un prêt sur 20 ans affichant un TAEG de 4,29%, le crédit est techniquement finançable car le TAEG est en dessous du taux d’usure actuel (5,56% en septembre 2023). En revanche, avec un TAEG au-dessus du taux d'usure, la banque ne peut pas octroyer le financement ! Dans ce dernier cas, il est nécessaire de revoir le financement (taux, frais, coût des assurances...) afin de respecter le taux fixé par la Banque de France.

HCSF : les normes d'octroi sur les crédits enfin assouplies

Depuis le 1er janvier 2022, l’obtention d'un crédit immobilier pour les particuliers est devenue plus complexe compte tenu des règles exigées par le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF).

  • le taux d’endettement d’un emprunteur de crédit immobilier est fixé à 35 % maximum, assurance emprunteur incluse, contre 33 % initialement. Ce nouveau taux doit permettre de contenir le surendettement des ménages,
  • la durée de remboursement maximum est fixé à 25 ans (+ 2 ans soit 27 ans en cas de différé d'amortissement), 

Les conditions d’octroi du HCSF ont été sensiblement assouplies le 13 juin 2023 : 

  • la permission accordée aux banques de déroger à ces critères pour 20 % des crédits immobiliers dont 70 % (80% précédemment) dédié aux acquéreurs d'une résidence principale et 30 % pour les autres dossiers comme ceux des investisseurs (soit 6 % de la production contre 4% précédemment).
  • En cas de dépassement des banques sur un trimestre, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), patientera les deux trimestres suivants pour juger du respect des normes de distribution de crédit.

Ces règles, ajoutées aux hausses de taux sur les crédits constatées depuis le printemps 2022, ont tendance à exclure une bonne partie d’investisseurs et de primo-accédants.

5 conseils avant de souscrire un crédit immobilier

enlightenedObtenir un crédit immobilier peut ainsi être un processus complexe et stressant, mais voici quelques règles pour augmenter vos chances d'obtenir un prêt immobilier :

1- Préparer soigneusement son dossier de demande de prêt : Avant de postuler pour un prêt immobilier, vous devez présenter un dossier complet à la banque. Cela inclut des documents tels que vos derniers bulletins de salaire, vos relevés de compte bancaire, votre avis d'imposition et une preuve de revenus supplémentaires et tous les justificatifs de vos crédits en cours. Un dossier bien ficelé crédibilise votre demande auprès du banquier.

2- Améliorer son profil emprunteur : votre dossier doit être aussi viable que possible avant de demander un prêt. Vous pouvez améliorer votre profil de crédit en honorant toutes vos factures à temps, en réduisant votre dette et en maintenant un bon fonctionnement de compte. Il est important de ne pas solliciter de nombreux prêts ou crédits renouvelables et de mettre en place en revanche une épargne régulière et programmée.

3- Évaluer ses besoins en matière de prêt : Avant toute souscription d’un crédit, vérifiez personnellement votre capacité d’emprunt et faites le calcul des mensualités maximales dont vous pourrez assurer le remboursement en respectant également les normes du HCSF. Cela vous permettra ensuite de déterminer plus facilement la durée et le type de prêt qui conviendraient le mieux à vos besoins et de ne surtout pas vous mettre dans une situation financière difficile.

4- S'investir et faire des recherches sur les différents types de prêts : Il existe différents types de prêts immobiliers, tels que les prêts à taux fixe, les prêts à taux variable, les prêts à taux zéro, etc. Il est important de comprendre les avantages et les inconvénients de chaque type de prêt avant de faire votre choix et sans tout attendre également de la banque ou d'un courtier. Vous devez être pro-actif dans ce projet qui constitue généralement le projet de toute une vie !

5- Négocier les termes de son prêt : Une fois que vous avez trouvé la bonne offre, il est important de négocier les termes de votre prêt, tels que le taux d'intérêt, les frais de dossier, une délégation d’assurance. Vous réaliserez ainsi des économies sur le long terme. Si vous ne vous sentez pas capable de mener toutes ces étapes, il peut être pertinent de demander des conseils à des professionnels tels que les courtiers en crédit immobilier pour mettre les meilleures chances de votre côté.

À retenir : Souscrire un crédit immobilier est un engagement à long terme, il est donc essentiel de bien réfléchir à ses capacités de remboursement et à son projet immobilier avant de s'engager. Cela demande un minimum d'investissement.

En suivant ces règles, l'emprunteur augmente ses chances d'obtenir un crédit immobilier. N’oubliez pas de réaliser des simulations de prêt auprès de différents établissements pour comparer les offres et choisir la plus adaptée à votre situation.

Plus que la recherche, à tout prix, du meilleur taux, focalisez-vous sur le meilleur plan de financement avec notamment un bon TAEG mais également une mensualité sur-mesure et une délégation d'assurance optimisée !

0 commentaire sur "Comment calculer le taux annuel effectif global (TAEG) ?"


Laisser un commentaire

Pseudo :
Commentaire :

Cet article vous a-t-il été utile ?
Logo Fortuneo
Fortuneo
Offre promotionnelle
jusqu'à
160 € offerts

Logo Monabanq
Monabanq
Offre promotionnelle
jusqu'à
160 € offerts

Logo Hello bank!
Hello bank!
Offre promotionnelle
jusqu'à
1 € offerts

Logo N26
N26

Pour poursuivre votre navigation :
Plan du site
Banque en ligne
Fiche banque
Épargne
Crédit
Calculatrices
Assurance
S'informer
Comparer