Comment bien calculer sa capacité d'épargne ?

Comment bien calculer sa capacité d'épargne ?

Banques en ligne

Rédigé par Olivier BALBASTRE

Banques en ligne

Modifié par Guillaume ROUSSELOT

le 21 Décembre 2021

calculer-capacite-epargne

Les français sont considérés comme de très bons élèves lorsque l'on parle de l’épargne. La pandémie a accéléré cela avec plus de 160 milliards d’euros d’épargne accumulés par rapport à une période «normale» ! 

Les français épargnent en moyenne plus de 14% de leurs revenus (source Eurostat - Cercle de l’Epargne) et se classent parmi les meilleurs en Europe derrière la Suède et l’Allemagne notamment. A l’inverse, l’Espagne est en queue de peloton avec à peine 5% de leurs revenus dédiés à l’épargne. On sait également que les 30-59 ans constituent la classe d’âge qui épargnent le plus. En revanche, le lieu de résidence à moins d’incidence sur la capacité d’épargne des français. Dans les grandes villes, les salaires sont plus élevés mais le poids de l’immobilier (loyer et crédits) pèse lourd et comprime ainsi le budget restant à consacrer à l’épargne.

Avant de pouvoir épargner, il est important de connaitre au préalable la somme que l’on peut mettre de côté. Comment épargner ? Qu’est-ce que la capacité d’épargne ? Comment la calculer ? Combien épargner ? Quelle stratégie mettre en place pour une épargne durable et efficace ? On vous dit tout.

Qu’est-ce que la capacité d’épargne ? Définition 

La capacité d’épargne est la somme restante disponible sur votre compte bancaire chaque mois, une fois que vous avez réglé toutes les charges et prélèvements (loyer, mensualités de prêt, électricité, impôts, abonnements téléphonie etc…).

En clair, elle correspond à la fraction non consommée de votre revenu.

Bon à savoir : Bien connaitre sa capacité d'épargne pour ensuite bien épargner. Attention également, votre capacité d’épargne est bien différente de votre capacité d’emprunt ou capacité de remboursement. Ces dernières sont utilisées lors de crédit à la consommation ou de crédit immobilier et vient à évaluer la somme maximale que vous pouvez emprunter et rembourser à votre banque tous les mois sans vous mettre en difficulté.

Quelle stratégie mettre en place pour bien épargner?

La théorie c’est bien mais chez Pricebank, nous sommes également convaincus qu’il est nécessaire d’y ajouter du sens afin qu’épargner soit un choix assumé et non pas subi.

Le premier conseil est de faire selon ses capacités. Il s’agit ici de calculer ses dépenses et d’analyser par la même occasion les gains possibles (alimentation, essence, téléphonie, abonnements divers etc…). Souvent les économies se font sur des petits achats du quotidien, de mauvaises habitudes que nous prenons et qui représentent des sommes non négligeables à la fin du mois et dont au final, on aurait pu se passer. Je peux vous prendre l’exemple de petites courses que nous réalisons au supermarché car il nous manque une livre de beurre et que, finalement, nous revenons pour 45€ de courses avec des bonbons, du bricolage et des choses plus ou moins futiles, que nous aurions pu éviter…

La seconde règle est d’agir avec méthode. Afin de bien évaluer votre capacité d’épargne et de ne pas subir votre budget, tâchez de passer vos charges fixes en début de mois. Cela permettra ensuite de mieux cerner votre reste à vivre mensuel. Il est également important de conserver et enregistrer vos dépenses mensuelles. Avec les applications bancaires, nous contrôlons notre solde de compte au jour le jour mais faire ses comptes reste la meilleure méthode pour anticiper son budget mais également mieux l’analyser. Effectivement, si vous contrôlez votre solde du compte, vous vous focalisez juste sur ce qui vous reste et non sur les dépenses en tant que telles.

Le dernier aspect à contrôler est de se définir un ou des objectifs d’épargne. Epargner pour épargner est voué à l’échec. Il est essentiel, comme pleins de choses dans la vie, de donner du sens à vos actes. Votre objectif d’épargne doit donc correspondre à vos projets de vie. Cela est d’autant plus vrai aujourd’hui que les rendements de l’épargne monétaire sont au plus bas et ne constituent pas une motivation pour épargner. On pourrait effectivement se dire qu’avec seulement 0,5% de rémunération, je préfère consommer.

En fait, nous vous suggérons d’épargner pour vous et non pour un rendement. Par conséquent, vous devez avoir en tête des objectifs ou bien des projets personnels. On a tous envie de voyager, d’avoir une belle voiture, de s’acheter une belle maison ou bien de préparer sa retraite. Notez tous vos objectifs et associez une épargne (livret, assurance vie, PEL) à chacun de vos projets. Certaines banques autorisent même à rebaptiser certains contrats d’épargne pour mieux symboliser vos objectifs : votre livret A sera ainsi votre « livret voiture », votre LDDS (Livret Développement Durable Solidarité) constituera votre « livret voyage » et votre assurance vie sera consacrée pour votre retraite ou bien les études de vos enfants. Avant de calculer quoi que ce soit, notez vos objectifs et vous épargnerez beaucoup plus facilement et plus durablement !

Comment calculer sa capacité d’épargne? 

Il faut désormais connaitre votre capacité d’épargne. Afin de la calculer, il va falloir réaliser plusieurs étapes afin d’établir votre budget mensuel. Pour cela, munissez-vous de vos relevés de comptes afin de vous rendre compte de vos dépenses régulières et des montants correspondants. Réalisez ces opérations sur 3 mois afin d’obtenir ensuite une moyenne la plus juste possible. Une fois vos relevés en main, suivez les étapes suivantes pas à pas.

Etape 1 : Calculer ses revenus

La première chose à faire est de calculer l’ensemble de vos revenus : salaires, pension(s) alimentaire(s), allocation familiale (APL, logement, enfants, etc.) et vos autres revenus éventuels (revenus de placements, d’immobilier locatif…)

Etape 2 : Calculer ses charges fixes

Avant de connaitre votre capacité d’épargne, il vous faut également faire le point sur vos dépenses fixes. Cela concerne les dépenses suivantes : 

  • Logement : loyer avec les charges comprises, chauffage, électricité, eau, gaz, entretien
  • Téléphone : fixe, portable, Internet.
  • Transports : essence, transports en commun, taxi
  • Assurances : habitation, voiture, santé, scolaire, téléphonie mobile
  • Crédits : prêt immobilier, crédit à la consommation, revolving, prêt à taux zéro, …
  • Impôts : sur le revenu, taxe foncière, taxe d’habitation, redevance TV, etc.
  • Frais bancaires : agios, carte bancaire, frais de tenue de compte
  • Dépenses quotidiennes et régulières : alimentation, habillement, enfants, médecin, pharmacie, …
  • Loisirs : restaurant, activités sportives, sorties, cinéma, …

Etape 3 : Faire le bilan des montants obtenus

Une fois que vous disposez de vos revenus et de la somme de vos dépenses, il ne vous reste plus qu’à soustraire l’une à l’autre. En d’autres termes, vous devez retirer le montant total de vos dépenses à celui de vos revenus. Vous obtiendrez ainsi votre capacité d’épargne mensuelle. Libre à vous ensuite de répartir cette somme sur vos produits d’épargne comme nous l’avons vu un peu plus haut.

Quelques derniers conseils pour bien épargner 

Vous venez de faire la différence entre vos revenus et vos charges. Vous avez enfin votre capacité d’épargne. Félicitations!

Il est important de mettre en place un virement automatique mensuel pour votre épargne et de préférence le faire en début de mois. Mettez en place des virements permanents qui transfèreront automatiquement votre argent sur votre (ou vos ) livret(s) d’épargne. Vous aurez ainsi l’esprit libre tout en épargnant. La plupart des banques sont assez souples concernant la modification ou la suppression de ces virements : le montant, la date et la périodicité peuvent être changés à tout moment.

Au risque de nous répéter, épargner ne doit pas être un choix de second plan, il doit constituer une priorité comme payer son loyer ou son crédit immobilier.

Pour choisir vos contrats d’épargne, nous vous invitons à consulter notre page consacrée aux meilleurs contrats d'épargne afin de définir quel support conviendrait à vos objectifs d’épargne vus précédemment. Les formules d’épargne type livrets (livret A, LDDS, LEP) sont très souples mais une formule d’épargne type assurance vie ou PEL peut convenir également selon vos objectifs. Concernant les livrets, ne retirez pas les fonds si ce n’est pas pour la réalisation de l’objectif visé au préalable, tenez bon jusqu’au bout!

Pour finir, petits rappels sur le calcul des intérêts : en général, les intérêts fonctionnent par quinzaine. Cela signifie donc que les intérêts sont calculés du 1er au 15 puis du 16 au dernier jour du mois. Il est donc préférable d’attendre le 01 ou le 16 du mois pour retirer des fonds au risque de perdre une quinzaine. A relativiser toutefois, compte tenu des rémunérations actuelles faibles sur les livrets (0,5% en moyenne).

Vous savez tout et il ne vous reste plus qu'à mettre en pratique ! Nous restons à votre disposition si vous souhaitez échanger davantage sur ce sujet.

0 commentaire sur "Comment bien calculer sa capacité d'épargne ?"


Laisser un commentaire

Pseudo :
Commentaire :

Cet article vous a-t-il été utile ?
Logo Fortuneo
Fortuneo
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Logo Monabanq
Monabanq
Offre promotionnelle
jusqu'à
120 € offerts

Logo Hello bank!
Hello bank!

Logo Orange Bank
Orange Bank
Offre promotionnelle
jusqu'à
80 € offerts

Newsletter Pricebank !
Chaque mardi, recevez notre newsletter sur la finance personnelle